Encore une histoire de virgule...

Oui ! N'en déplaise à madame George Sand*, il existe des règles pour virguler** la langue française !

En voici une nouvelle, en guise d'ortho-truc, qui ne sera pas inutile à vos récits.

On ne doit pas mettre de virgule

après un complément circonstanciel de temps ou de lieu placé en tête de phrase

s'il est suivi d'une inversion verbe-sujet.


Avec des exemples, c'est plus clair :

Déçu Ici, reposent nos ancêtres.

Sourire Ici reposent nos ancêtres.

Sourire Ici, nos ancêtres reposent.

Déçu À minuit, sonna le gong du temple bouddhique.

Sourire À minuit sonna le gong du temple bouddhique.

Sourire À minuit, le gong du temple bouddhique sonna.

Déçu En 1945, prit fin la Seconde Guerre mondiale.

Sourire En 1945 prit fin la Seconde Guerre mondiale.

Sourire En 1945, la Seconde Guerre mondiale prit fin.

*George Sand (1804-1876) est connue pour avoir résisté aux tentatives de correction de sa ponctuation par les imprimeurs. Elle a notamment écrit : « Je nie qu'elle (la ponctuation) relève immédiatement des règles grammaticales, je prétends qu'elle doit être plus élastique et n'avoir point de règle absolue. » (Lettre de George Sand à Charles Edmond, 1871, Nohant). À lire pour plus d'informations, l'article La ponctuation au XIXe siècle, d'Annette Lorenceau, ici.

**Le verbe virguler est un terme de typographie absent du Petit Larousse illustré mais présent dans le Larousse en ligne.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : jeudi 13 Juin 2013