Noms communs issus de noms propres

Petite curiosité de notre langue, beaucoup d’objets portent le nom de leur inventeur, de la marque de leur fabricant ou même d’un personnage de littérature ou de la mythologie. 

Tout le monde connaît par exemple la poubelle du préfet Poubelle, ou encore l’incontournable tatin des demoiselles Tatin.

Mais il en est de même, bien que leur origine soit moins largement connue, pour le sandwich, le renard (l’animal, oui, oui !), le sosie, un atlas, un boycott, la frangipane, un colt, un pantalon

Ces noms, devenus aujourd’hui communs, ne prennent plus, en général, la majuscule et s’accordent au pluriel.

Là où ça se complique, c’est qu’il faut distinguer parmi ces mots 2 catégories de noms qui gardent tout de même la majuscule et l’invariabilité dues à leur origine. C'est le cas pour :

    1 – Les noms propres qui s’utilisent associés à un nom commun.

Une tatin appétissante  MAIS  des tartes Tatin appétissantes

Un diesel  MAIS  des moteurs Diesel

De la béchamel  MAIS  des sauces Béchamel

Des colts  MAIS un pistolet Colt

une pêche Melba

    2 – Les noms déposés (noms de marques commerciales ayant ou non un nom de personne à l’origine) qui gardent leur majuscule en toutes circonstances (en revanche, en France l’ajout du symbole ® après le nom de la marque n’est pas obligatoire).

Boire un Kir

Écrire au stylo Bic ou utiliser un Bic plutôt qu’un stylo plume,

Collectionner les Frigidaire.


Conclusion les noms communs issus de noms de personnes ne gardent leur majuscule que s'ils sont devenus des noms de marque commerciale (qui eux gardent toujours la majuscule et l'invariabilité) ou s'ils sont accolés à un nom générique (la tarte Tatin) et désignent alors précisément la personne (la tarte [des demoiselles] Tatin). Sinon, pas de majuscule et accord au pluriel.

Et en cas de doute ? Regardez dans le dictionnaire, bien sûr !

Référence : Accords parfaits, 1996, J.-P. Colignon & J. Décourt, CFPJ éditions

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

1. Daniel Lemonnier dimanche 02 février 2014

Bonjour,
Merci pour vos explications, beaucoup plus claires que celles de ma correctrice, pour le livre que j'ai écrit sur les roses.
Si je vous ai bien compris, on écrit :
*

des roses Bourbon
( groupe de roses descendant d'une rose apparue de l'Ile Bourbon (ancien nom de l'ile de La Réunion)) ainsi que
des bourbons de couleur rose

*
des roses Noisette
(M. Noisette a créé une rose qui est à l'origine d'un autre groupe de roses) ainsi que
les noisettes sont nombreuses

*
les roses thés
(groupe de roses à odeur de thé) ainsi que
les thés ont été chantées par Théophile Gautier
.
Donc quand on parle de roses Bourbon, de roses Noisette, de roses thés, etc etc on désigne à chaque fois un groupe (une classe) de roses bien défini.
J'ai proposé (et ma correctrice accepté) d'écrire Roses Bourbon, Roses Noisettes, Roses thés pour désigner ces groupes, est-ce acceptable ou franchement répréhensible ? Et par contraction j'ai écrit les Noisettes, les Thés, ....
Merci de votre aide,
Bien cordialement,
Daniel Lemonnier

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : jeudi 06 juin 2013