Une contribution volontaire obligatoire ?

  • Par viguier
  • Le 26 mars 2012
  • 0 commentaire

En visite à la ferme biologique des Beurreries (Feucherolles, 78), ce samedi, j'entends de la bouche de notre guide, le propriétaire en personne, une drôle de formulation qui mérite que je m’y attarde...

Parlant de ses récoltes de céréales, M. Bignon nous parle, non sans un sourire, de la Contribution volontaire obligatoire quil doit verser annuellement pour être autorisé à ressemer ses propres graines (au lieu den acheter tous les ans aux semenciers).

Renseignements pris, lagriculteur na pas inventé cette formule incongrue. Il sagit bien dune taxe en usage, à la charge des paysans, justifiée par la nécessité de financer la recherche scientifique des multinationales semencières privées, dans un contexte où les crédits alloués à la recherche agronomique nationale (par lInra, http://www.inra.fr/) diminuent... Manifestement, la formule nest pas la seule incongruité de laffaire...

Mais laissons là le débat de spécialistes et interrogeons-nous sur lopportunité de donner un nom aussi peu, comment dire, convaincant à une taxe, même pudiquement baptisée « contribution »qui est loin de faire lunanimité, un nom qui n’est pas sans rappeler trois bizarreries stylistiques de la langue française :

– le pléonasme (répétition dune même idée) avec contribution (taxe) obligatoire,

– loxymore (association de deux mots contradictoires) avec contribution (taxe) volontaire,

– lantinomie (association de deux notions contradictoires) avec la juxtaposition de volontaire et obligatoire...

 

Maladroit ? Indécent ? Absurde ?

Indéniablement légal !

 

Pour appréhender le débat, consultez par exemple ces liens :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/pour-les-agriculteurs-ressemer-sa-propre-recolte-sera-interdit-ou-taxe_1610778_3244.html

http://www.gnis.fr/files/enjeux/guide_loi_obtentions_vegetales.pdf

http://www.bastamag.net/article1954.html

 

pléonasme oxymore antinomie agriculture loi agriculture bio

  • 1 vote. Moyenne 1 sur 5.