culture

  • P'tits cubes bling bling, culture générale et phobies

    De notre petite fête entre amis le week-end dernier sont restés quelques-uns des incontournables petits cubes bling bling de fromage fondu et leurs indissociables pièges à culture générale...

    Ce midi, avec les enfants, nous mangeons les restes tout en nous cultivant :

    Comment appelle-t-on l'aversion pour les barbes ?

    Ah ? Parce qu'il y a aussi un nom pour ça ?

    Eh oui ! Réponse : la pogonophobie

    C'est du grec ancien, paraît-il, de pôgôn pour « barbe » et phóbos, que l'on connaît, pour « peur ». Je dis « paraît-il » parce que même mon fidèle Petit Larousse n'a pas jugé indispensable de définir cette poilante phobie.

    C'est sûr, en matière de noms « phobiques » aussi divertissants que mystérieux, il y a de quoi encombrer les dictionnaires !

    D’ailleurs, j’avais il y a quelques mois consacré un ortho-truc à l’une de ces définitions à la fois insolites et étymologiquement très sérieuses, en l’espèce, la phobie du vendredi 13

    Êtes-vous herpétophobe? hexakosioihexekontahexaphobe2 ? myrmécophobe3 ? ithyphallophobe4 (Oh !) ? éreutophobe? sidérodromophobe6 ? ou tout simplement pantophobe7 ?

    Certains souffrent d’orthographobie8, mais de quoi souffrent ceux que les fautes d’orthographe rendent malades ? (Pas moi, je vous rassure, sinon, avec mon métier, je serais constamment en arrêt de travail !)

    Une chose est sûre, ma petite famille et moi-même ne souffrons pas de coulrophobie9 et nous allons bien nous amuser ce week-end à la nuit du Clown à Vauréal (95)…

    En attendant, merci les p'tits cubes ! Je me coucherai moins bête ce soir...

     

    Une référence : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_phobies

    1 peur des reptiles ou amphibiens

    2 peur du nombre 666

    3 peur des fourmis

    4 peur de voir des pénis en érection

    5 peur de rougir en public

    6 peur de voyager en train 

    7 peur de tout !?

    8 peur des « bonnes pratiques définies par l'orthographe » (amusez-vous ici : http://orthographobie.com/)

    9 peur des clowns !

     

  • Lecture publique, laissez-vous embarquer !

    Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. Après un week-end inaugural déjà très riche en manifestations diverses ces 12 et 13 janvier, la ville et ses habitants vont se mobiliser toute l'année pour offrir à tous leurs visiteurs une multitude d'animations culturelles.

    Et parce que, question culture, nous parlons essentiellement de livres ici, laissez-moi vous parler de la manifestation littéraire majeure du programme : le roman-feuilleton intitulé « Les Mystères de la Capitale ».

    Extrait de http://www.mp2013.fr/evenements/2013/01/le-roman-feuilleton-les-mystere-de-la-capitale/) :

    « En ordonnant ces talents et ces regards autour de l’idée de roman-feuilleton, forme d’origine profondément populaire, l’idée est de faire émerger les “Mystères de la Capitale”. Douze auteurs en résidence sur le territoire, entre janvier et décembre 2013, vont ainsi écrire douze nouvelles publiées sous forme d’épisodes hebdomadaires dans le journal La Marseillaise. Ces nouvelles prennent le thème du cinéma à La Ciotat, de la BD à Aix-en-Provence mais aussi la forme d’une histoire littéraire sur l’Olympique de Marseille, et c’est un territoire trop souvent figé dans quelques clichés ou enfermé dans une image fantasmée qui est “mis en littérature” pour dessiner, au fil de l’année, un portrait kaléidoscopique. Parmi les auteurs accueillis, Maylis de Kerangal écrit à partir de l’Olympique de Marseille, Marcus Malte à partir de la Fondation Camargo à Cassis, Christian Garcin à partir de l’abbaye de Silvacane ou Ariel Kenig à partir de la préparation de l’Europride à Marseille… La présence des auteurs permet parallèlement d’aller directement à la rencontre du public en organisant, tous les mois, lectures publiques et rencontres d’auteurs dans les bibliothèques et les librairies du département, en lien avec les dispositifs de la Bibliothèque départementale ou dans le cadre des manifestations littéraires du territoire. »

    J’ai expérimenté une fois la lecture publique. C’était à l’occasion du trente-cinquième anniversaire de la librairie La Réserve à Mantes-la-Ville, à l’automne dernier. Et j’ai beaucoup, beaucoup aimé ! J’ai lu des centaines d’histoires à mes enfants, les captivant, les faisant rire. Les enfants aiment écouter les livres. Mais je ne pensais pas pouvoir être embarquée moi-même par la lecture à voix haute d’un autre. Et pourtant, j’étais bel et bien suspendue aux lèvres de Marc Roger lisant La Méridienne. Bien sûr, le talent du lecteur y est pour quelque chose et, en la matière, Marc Roger est un virtuose notoire. Mais si la magie a opéré une fois, elle réopérera, c'est sûr. Expérience à renouveler pour moi, donc, et à recommander pour les autres !

    Pour l’heure, et pour ceux qui ont la chance d’habiter Marseille ou ses environs, créez l’occasion et tentez l’aventure. Partez à la découverte des « Mystères de la Capitale », et pourquoi pas, revenez nous en parler sur ce site !

    Et où que vous soyez, bonne année culturelle à vous !

  • Illettrisme, « Grande Cause nationale en 2013 » ?



    film-illettrisme-bdef.jpg

    Avez-vous remarqué dans la presse ces fausses publicités pour un ordinateur, un film sur les dragons, un club de vacances ou encore un téléphone ? 

    Lisez donc ces pages lorsque vous les trouverez, puisque vous avez la chance de savoir le faire… Il s’agit d’une campagne de sensibilisation sur l’illettrisme qui touche encore aujourd’hui 10% des français.

    Un collectif rassemblant 59 organisations se mobilise actuellement en vue d'obtenir le label « Grande Cause en 2013 » pour ce phénomène de société. 

    En tant que correctrice, je ne peux que m’associer à cette campagne.

    J’ai signé l’appel du collectif sur http://www.illettrisme2013.fr/ et vous invite à le faire. 

    Soutenir ceux qui agissent, c'est simple, facile, et utile !

    Merci !

  • Des bulles à profusion

    Je suis entrée cette semaine dans une librairie pas comme les autres. C’était une petite librairie indépendante, et modeste au regard des géantes à la mode, réelles ou virtuelles… Une petite librairie de quartier, pour les habitués et les passionnés. Car il s’agit, vous l’avez deviné, d’une librairie spécialisée, une « bandedessinerie ».

    Quel joli mot, n’est-ce pas ? Ne cherchez pas, ce mot n’existe pas ! C’est le propriétaire des lieux qui l’a réinventé. Je dis « réinventé », car, sans doute ai-je pensé, il n’est pas le premier à avoir utilisé ce barbarisme facile. De fait, en rentrant, j’ai cherché et trouvé une autre « bande dessinerie » ; en plus de son site Internet, elle a une adresse depuis 25 ans à Trois-Rivières… au Québec !

    La bandedessinerie dont je vous parle est en France, beaucoup plus proche de chez moi, évidemment, à Mantes-la-Jolie précisément. C’est une boutique en forme de rêve réalisé, où il est écrit « La bandedessinerie » sur la devanture, à côté de son vrai nom de librairie : « Les Rêves dorés de Samarkand ».

    Les amateurs d’Hugo Pratt en particulier relèveront dans cette appellation l’allusion évidente à l’une des aventures du célèbre Corto Maltese ; mais tous les lecteurs de BD trouveront leur bonheur dans cette bandedessinerie. BD, comics, mangas et autres romans graphiques, on y trouve tout ce qui est publié sous forme de textes en bulles !!!

    Cet endroit m’a fait penser à un tintinophile chevronné que j’ai rencontré il y a quelques années. Le souvenir reste pour moi impérissable de l’antre débordant d’albums neufs et anciens, d’éditions d’origine et étrangères, de figurines, posters et objets en tout genre, tous, bien entendu, à la gloire de l’illustre reporter à la houppette. Une passion dévorante et coûteuse à n’en pas douter, une collection qui force le respect, à tout le moins !

    Bref, j’ai aimé le nom, l’endroit, l’évocation. J’ai eu envie de vous en parler et de faire un petit peu de publicité. Alors si vous habitez dans le coin, faites un tour à la bandedessinerie et craquez pour quelques bulles…

    Tous à la bandedessinerie !

                                                                                                                                                                                            Les Rêves dorés de Samarkand, 124, Boulevard du Maréchal-Juin, 78200 Mantes-la-Jolie. Ouvert 7j/7.

    PS du 05/06/2019 : malheureusement la boutique a fermé en 2017. Quel dommage !