Elles se sont succédé, BIS

À la suite de mon premier ortho-truc sur l’accord du participe passé des verbes pronominaux, ici, vous êtes plusieurs à me demander des précisions sur cet épineux problème, le doute s’installant, semble-t-il, lorsqu’il existe un COI (complément d’objet indirect) après le verbe.

J’ai donc décidé d’apporter ici quelques éclaircissements supplémentaires.

Pour la plupart des verbes pronominaux, on accorde le participe passé avec le sujet, qui est aussi COD (complément d’objet direct) placé devant le verbe par le pronom personnel réfléchi se, et cela, qu’il y ait ou non un COI dans la phrase.

Voyez ces exemples :

Elles se sont aimées. Cela signifie qu’« elles ont aimé elles-mêmes » et c’est tout, il n’y a pas de COI, mais il y a accord.
Elles se sont intéressées à moi. Ici, elles ont intéressé QUI ?, ELLES-MÊMES (COD placé avant le verbe, accord d’intéresser avec elles), MAIS elles se sont intéressées À QUI ? À MOI : COI qui n’entre pas en considération pour l’accord.

Autre exemple : Il s’est très tôt intéressé à la politique.
Cela signifie : Il a intéressé QUI ? LUI-MÊME (COD placé avant le verbe, accord d’intéresser avec il), À QUOI ? À LA POLITIQUE (COI). 

L’important dans ce raisonnement est de bien distinguer les questions QUI ? ou QUOI ? de À QUI ? ou À QUOI ?.
QUOI ? ou QUI ? introduit le COD avec lequel on accorde.
À QUOI ? ou À QUI ? introduit le COI avec lequel on n’accorde pas.
Et, comme on vient de le voir, ce n’est pas parce qu’un verbe pronominal introduit un COI qu’il n’a pas de COD.


Voilà, j’espère que cet ortho-truc vous éclairera un peu plus sur le sujet.

Date de dernière mise à jour : 2020-07-27

  • 10 votes. Moyenne 3.6 sur 5.