orthographe

  • De l'utilité de compter les espaces comme des caractères...

    Un internaute me demande pourquoi compter les espaces comme des caractères dans la correction professionnelle, et « comment peut-on faire des fautes d'espace »...

    C'est l'occasion de faire le point sur la question. Car, de fait, une part non négligeable de mon temps de correction est passée à corriger… le vide !

    Eh oui ! il y a effectivement plusieurs types d’erreurs possibles concernant les espaces, lesquelles (1) font partie, rappelons-le, des caractères dits « non imprimables », comme les retours à la ligne.

    Voici quelques exemples de corrections nécessaires sur les espaces.

    -        Pour commencer, la très classique double espace. Une espace en trop entre deux mots, c’est une intervention du correcteur.

    -        Deuxièmement, les oublis de traits d’union dans les mots composés : le petit déjeuner, vis à vis, c’est à dire, un New Yorkais… Ce sont autant d’espaces à « combler », donc nécessitant une correction.

    -        Enfin, l’espace insécable… obligatoire, par exemple, avant un signe de ponctuation dite « haute » (:;!?) ou entre un nombre et le symbole d’une unité de mesure (10 min, 3 kg, 1 000 €, 23 %…). Cette espace empêche ladite ponctuation ou le symbole d’être séparé en fin de ligne de ce qui le précède. Beaucoup de vérifications et de corrections en la matière !

     CQFD ! Voilà pourquoi il n’est pas saugrenu, et encore moins opportuniste, de facturer les espaces comme tous les autres caractères lors d’une correction orthographique !

    NB : sachez que la langue française distingue en réalité trois types d’espaces :

    ·         l’« espace mots justifiante », espace « normale » et qui varie en largeur en fonction du nombre de mots sur une ligne dans un texte justifié ;

    ·         l’« espace mots insécable », de largeur fixe et empêchant, donc, un mot ou un caractère (guillemets, deux-points) d’être séparé en fin de ligne du mot qui le précède (ou qui lui succède, dans le cas du guillemet ouvrant) ;

    ·         l’« espace fine insécable », qui précède les ponctuations hautes autres que le deux-points (;!?). En pratique, avec les logiciels de traitement de texte, aujourd’hui, l’espace fine n’est pas facilement intégrable et est le plus souvent remplacée par une espace mots insécable.

    (1) le mot « espace » est féminin en typographie.

  • Monsieur Larousse, censurez ! SVP !

    Ma fille avait une dissertation à rendre en anglais aujourd'hui et m'a proposé de la lire, si je voulais. « Oui, bien sûr, chérie ! » Mais comme je suis une maman pointilleuse, et de surcroît allergique aux erreurs, je dois toujours, dans ce genre de circonstances, m’assurer de savoir exactement avant lecture ce que mes enfants me demandent quand ils me proposent de lire leur prose. Un avis sur le fond ? sur la forme ? une correction orthographique ? (Si tant est que je réussisse à faire l’un sans l’autre, ça, c’est une autre histoire…)

    Et voilà que ma fille me répond : « Ce n’est pas pour les fautes, j’ai utilisé le correcteur en ligne… » Saperlipopette ! Je n’ai pas le temps de lever le sourcil pour manifester mon indignation qu’elle a déjà réalisé l’énormité de sa réponse… C’est qu’elle me connaît comme si je l’avais faite… No comment.

    Dissertation lue, presque aucune erreur relevée. Soit le correcteur en ligne n’est pas si mauvais, soit le niveau d’anglais de ma fille est vraiment très bon. J’opte pour la deuxième explication, et je sais que j'ai raison de le faire.

     

    Puis je me remets au travail, de la correction en français, cette fois. C’est alors que, lors d’une vérification sur larousse.fr, je remarque le petit monsieur en marinière, là, sur le côté. Je regarde de plus près, et cette fois mon sourcil se soulève bel et bien d’indignation ! Quatre erreurs (dont deux fois la même) dans une accroche invitant à apprendre la langue française sur TV5MONDE. C'est du propre !

    Monsieur Larousse, s’il vous plaît, censurez les annonces contenant des erreurs de français !! Quant à TV5MONDE qui prétend enseigner le français, comment vous dire…

    Copie d'écran sur larousse.fr

    Capture d'écran ce jour sur le site larousse.fr
    11/04/2017

  • Correcteur pas correct

    Cela fait longtemps que je n'ai pas pris le temps bloguer ici.

    Mais je me dois de partager avec vous ma récente découverte d'un correcteur en ligne particulièrement mauvais : http://www.mystilus.com/Page_d_accueil.

    Je ne recherche pas ce genre de sites en général et suis tombée dessus par hasard. Méfiante par nature orthographique, vous le savez, je m'empresse de réaliser un petit test très simple... qui ne fait que confirmer mes soupçons. Voyez plutôt : 

    Je demande la vérification de la phrase : « La mer de mon geandre es plu agé que moi. » et appuie sur la touche réviser.

    Le mal nommé Stilus me signale :

     - que geandre et agé sont incorrects en les soulignant de rouge,

     - que, geandre ne convenant pas, je peux le remplacer par geindre... (pas d'autre choix, j'accepte donc, en remplaçant ainsi sciemment une erreur par une autre...)

     - que pour agé, il me faut choisir entre âge et âgé. Je choisis âge... (en gardant donc également une erreur à la place d'une autre)

     - et c'est tout ! S'affiche alors cette édifiante conclusion : « Il n'y a plus d'erreur. »

    Je peux donc, à l'en croire, écrire en toute confiance dans mon texte : 

    « La mer de mon geindre es plu âge que moi. »

    J'insiste, je redemande une révision sur cette phrase. Réponse :  « Nous n'avons pas trouvé d'erreur. »

    Eh bien ! voilà qui est intéressant, n'est-ce pas ? Il ne me reste plus qu'à vous donner ma version sans erreur de cette phrase (pour laquelle Stilus affirme tout autant ne pas avoir trouvé d'erreur... À la bonne heure !), en corrigeant d'une part les 4 erreurs sur 6 non trouvées par Stilus, et d'autre part les 2 qu'il m'a proposé d'ajouter...

    « La mère de mon gendre est plus âe que moi. »

    ... et à vous conseiller la plus grande méfiance à l'égard de ce genre de sites de correction...

  • Sur la route des vacances

    Ah ! on en voit de belles sur la route des vacances ! De belles contrées, de belles choses, de belles erreurs d’orthographe...

    Sur la route de mes vacances, j’ai vu une pataterie, une caféothèque, une repasserie1… Et aussi des hourds2 et des gours3, des rugbycons4 au lait de chèvre et des galets5 pur porc.

    Sur la route de mes vacances, j’ai vu la Saint-Affrique6, du jonc des chaisiers7 et un architonnerre8… Et aussi un vari roux9, un moustac10 sans moustache et un agame barbu11.

    Sur la route de mes vacances, j’ai vu que « la station et la boutique vous accueille… » au singulier, chez un pétrolier, pas français mais c’est pas une excuse… Et aussi « un des plus grand sites… » manquant d’s et encore du « souffre » d’origine volcanique souffrant d’un f en trop… 

    Ah ! on en fait des kilomètres sur la route des vacances, et l’on y voit de belles erreurs d’orthographe… comme partout ailleurs, d’ailleurs. Mais on trouve aussi un luxe de jolis mots à découvrir et à collectionner, comme autant de souvenirs de vacances, gratuits et enrichissants. 

    Alors, vivement les prochaines vacances, belle fin d'été à tous et rendez-vous ci-dessous pour quelques définitions utiles... et moins utiles !

     

    1 Noms d’enseignes commerciales vues à Tour, à Nice et à Paris.

    2 Sur les châteaux du Moyen Âge, galerie en charpente au sommet d'une muraille, ancêtre du mâchicoulis, vus au château de Castelnaud.

    3 Concrétions carbonatées formant des barrages en travers d'un écoulement souterrain, vues au gouffre de Padirac.

    4 Petits fromages en forme de ballon de rugby, vus dans un supermarché dans le Périgord. Mon partenaire de site Alain Créhange, passé maître en mots-valises, en connaît un autre genre, de rugbycon… à découvrir ici http://alain.crehange.pagesperso-orange.fr/frmotval_r.htm.

    5 Galets cendrés, petits saucissons ronds affinés sous la cendre, dégustés à Sarlat.

    6 Petite ville traversée dans le Sud-Aveyron.

    7 Jonc lacustre utilisé en vannerie.

    8 Canon à vapeur inventé par Léonard de Vinci, vu au Clos Lucé, demeure du grand génie.

    9 L’une des nombreuses espèces de primates observées au zoo-parc de Beauval.

    10 Idem (primate).

    11 L’une des nombreuses espèces de reptiles observées au zoo-parc de Beauval.