Bienvenue sur mon « ortho-blog »

Bonjour et bienvenue sur mon « ortho-blog », le blog où l’on parle d’orthographe, mais pas que !

Billets d’humeur, actualité linguistique, anecdotes orthographiques, je partagerai ici, de temps à autre, mon regard de correctrice sur le monde qui nous entoure.

Merci pour votre visite !

 

« Ceux qui écrivent comme ils parlent, quoiqu’ils parlent très bien, écrivent mal. »

George Louis Leclerc, Comte de Buffon, écrivain, naturaliste et philosophe français (1707-1788)

  • Lecture publique, laissez-vous embarquer !

    Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture. Après un week-end inaugural déjà très riche en manifestations diverses ces 12 et 13 janvier, la ville et ses habitants vont se mobiliser toute l’année pour offrir à tous leurs visiteurs une multitude d’animations culturelles.

    Et parce que, question culture, nous parlons essentiellement de livres ici, laissez-moi vous parler de la manifestation littéraire majeure du programme : le roman-feuilleton intitulé Les Mystères de la capitale.

    Extrait de http://www.mp2013.fr/evenements/2013/01/le-roman-feuilleton-les-mystere-de-la-capitale/) :

    « En ordonnant ces talents et ces regards autour de l’idée de roman-feuilleton, forme d’origine profondément populaire, l’idée est de faire émerger les “Mystères de la Capitale”. Douze auteurs en résidence sur le territoire, entre janvier et décembre 2013, vont ainsi écrire douze nouvelles publiées sous forme d’épisodes hebdomadaires dans le journal La Marseillaise. Ces nouvelles prennent le thème du cinéma à La Ciotat, de la BD à Aix-en-Provence mais aussi la forme d’une histoire littéraire sur l’Olympique de Marseille, et c’est un territoire trop souvent figé dans quelques clichés ou enfermé dans une image fantasmée qui est “mis en littérature” pour dessiner, au fil de l’année, un portrait kaléidoscopique. Parmi les auteurs accueillis, Maylis de Kerangal écrit à partir de l’Olympique de Marseille, Marcus Malte à partir de la Fondation Camargo à Cassis, Christian Garcin à partir de l’abbaye de Silvacane ou Ariel Kenig à partir de la préparation de l’Europride à Marseille… La présence des auteurs permet parallèlement d’aller directement à la rencontre du public en organisant, tous les mois, lectures publiques et rencontres d’auteurs dans les bibliothèques et les librairies du département, en lien avec les dispositifs de la Bibliothèque départementale ou dans le cadre des manifestations littéraires du territoire. »

    J’ai expérimenté une fois la lecture publique. C’était à l’occasion du trente-cinquième anniversaire de la librairie La Réserve à Mantes-la-Ville, à l’automne dernier. Et j’ai beaucoup, beaucoup aimé ! J’ai lu des centaines d’histoires à mes enfants, les captivant, les faisant rire. Les enfants aiment « écouter » les livres. Mais je ne pensais pas pouvoir être embarquée moi-même par la lecture à voix haute d’un autre. Et pourtant, j’étais bel et bien suspendue aux lèvres de Marc Roger lisant La Méridienne. Bien sûr, le talent du lecteur y est pour quelque chose et, en la matière, Marc Roger est un virtuose notoire. Mais si la magie a opéré une fois, elle réopérera, c’est sûr. Expérience à renouveler pour moi, donc, et à recommander pour les autres !

    Pour l’heure, et pour ceux qui ont la chance d’habiter Marseille ou ses environs, créez l’occasion et tentez l’aventure. Partez à la découverte des « Mystères de la Capitale » !

    Et où que vous soyez, bonne année culturelle à vous !

  • 10 000 !

    10 000 quoi ? 10 000 visiteurs !

    10 000 visiteurs sur ce site depuis sa mise en ligne il y a onze mois !

    Chers lecteurs, je vous remercie de vos visites.

    Pour fêter de ce beau nombre atteint ce mois-ci, et déjà largement dépassé à l’heure où je vous parle, j’offre à mes trois prochains clients une

    remise exceptionnelle de 10 000 signes*

    Et je vous souhaite encore une très belle année 2013 !

     

    *remise équivalant à 10 000 signes corrigés gratuitement pour les trois premiers contrats de 50 000 signes minimum signés avant le 15 février 2013.

  • Une vérité de Harry Quebert

    C’est drôle, jécrivais il y a quelques jours (ici) que jétais parfois triste de terminer un livre qui mavait happée, morose de quitter un personnage qui mavait séduite. Et voilà que je termine le livre que jétais en train de lire, La Vérité sur laffaire Harry Quebert, qui m’a passionnée, soit dit en passant, et que jy trouve en toute fin de récit exactement le fond de ma pensée dans les mots dun écrivain à un autre écrivain :

    « Un bon livre, Marcus, est un livre que lon regrette davoir terminé. »

    Un océan de livres nouveaux chaque rentrée, une vague de prix littéraires chaque automne... Littérature avec un grand L des hommes et femmes de lettres et autres esthètes du verbe, ou romans de gare qui passionnent tout un chacun, pour ma part, je l’ai dit et je le redis, ce qui prime, c’est le plaisir de la lecture. Et, comme Harry Quebert, je pense qu’« un bon livre [...] est un livre que l’on regrette d’avoir terminé ».

    À tout(e) lectrice/lecteur, salut !

  • Ma bonne résolution plaisir, lire plus !

    Que fait une correctrice pendant ses vacances ? Elle lit, bien sûr ! En tout cas, c’est ce que je fais, du moins plus que d’habitude. Quel plaisir de m’installer dans le fauteuil devant la cheminée, en plein après-midi d’hiver, à la lumière du lampadaire, car le jour baisse déjà, et de lire une heure ou deux. La Liste de mes envies1, la semaine dernière (un coup de cœur !), La Vérité sur l’affaire Harry Quebert2, cette semaine. Il n’y a que pendant les vacances que je m’octroie de vrais longs moments de lecture plaisir.

    Depuis toujours, j’aime lire, j’aime les livres. Mais je lis trop peu pour le plaisir. Le travail, les enfants, la maison, il y a fort à faire. J’ai peu de temps pour lire. Ou, pour être plus honnête avec moi-même, je ne prends pas beaucoup le temps de lire.

    D’ailleurs, à quoi bon ? Gérer son propre quotidien n’est-il pas plus important que de se laisser emporter dans celui de personnages imaginaires pour qui il est si facile de décider de changer de vie, de tout quitter pour vivre son rêve, de multiplier son temps de travail par deux pour payer les factures, de le diviser pour devenir la mère idéale. Question de priorités.

    Mais je lis, je dévore, même, certains livres. Ah ! ça, oui ! Je le trouve, le temps de lire, quand je tombe sur une Jane3, une Mariana4, une Alice5 (grand coup de cœur !), sur une Aomame6 ou encore sur une Madame Ming7 ! Que des femmes, tiens !

    Et je lis. J’abandonne un temps mes tâches, ma famille, et je lis. Même si l’on peut partager ses émotions de lecture avec ses amis ou dans un club de lecture, lire est avant tout, il me semble, un plaisir égoïste et solitaire. Dans le fauteuil, une heure, pendant la cuisson du repas, cinq minutes, dans la salle d’attente du médecin, en attendant mon tour, n’importe où, dès que possible. Je me plonge dans la vie des autres à en oublier la mienne. C’est dangereux ! Je ressens le danger de la lecture. Le danger de plonger trop vite trop loin dans ces univers. Quand je retourne à ma réalité, j’ai l’impression d’être sonnée, mal réveillée, dans le brouillard. Souvent, même, je suis morose à la fin d’une aventure. Je suis déçue de devoir quitter un personnage particulièrement attachant.

    C’est grave docteur ? Non, bien sûr, je sais tout de même faire la part des choses entre la fiction et la réalité. Ce ne sont là que des histoires. N’empêche, je me sens happée par ces autres vies, et je me sens en danger, parfois, autant que je m’en délecte. 

    Lecture danger, lecture échappatoire ; mais lecture thérapie, lecture espoir, aussi. Connaissez-vous la « bibliothérapie » ? Savez-vous que des psychothérapeutes prescrivent, déjà depuis quelques années, des livres à lire à leurs patients, non pour qu’ils échappent à leur quotidien à problèmes, mais bien pour le partager avec un personnage, souffrant du même mal mais qui à la fin s’en sort, et donnera de l’espoir au lecteur. Une lecture pour voir les problèmes sous un autre angle, pour se sentir moins seul, pour croire en une guérison possible.

    Et puis quoi !? Même si le « problème » n’est que l’immuable quotidien, cela fait du bien, tout simplement du bien, de passer quelques heures en compagnie d’un personnage qui nous ressemble ou auquel on aimerait ressembler, ou au contraire pas du tout ! 

    Récit captivant, émouvant, trépidant, poignant, hilarant, effrayant, révoltant. Toutes les émotions sont dans la lecture. Alors, ne nous privons pas de ces autres vies qui font rêver, qui font réagir.

    En ce début d’année, prenons la bonne résolution de lire plus.

    Pratiquons la bibliothérapie en automédication ! Lire pour le plaisir, c’est vivre mieux.

    Bonnes lectures 2013 à tous !                                                                         

    Mes récentes lectures plaisir évoquées ici :

    1La Liste de mes envies, Grégoire Delacourt, Ed. J.-C. Lattès

    2La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, Joël Dicker, Ed. De Fallois

    3Quitter le monde, Douglas Kennedy, Ed. Belfond

    4Les Larmes de Tarzan, Katarina Mazetti, Ed. Actes Sud/Babel

    5La Fille à la vodka, Delphine de Malherbe, Ed. Plon

    61Q84, Haruki Murakami, Ed. Belfond

    7Les Dix Enfants que madame Ming n’a jamais eus, Éric-Emmanuel Schmitt, Ed. Albin Michel